Dix défis pour transmettre aux enfants un monde digne d'eux

Le BICE a lancé en juin 2009 un Appel à une nouvelle mobilisation mondiale pour l'enfance à l’occasion du 20e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant.

Dix défis sont à relever :

Cliquez sur les liens ci-dessous afin d'accéder directement à l'information concernée.

  1. Respecter le droit à la vie
  2. Lutter contre la pauvreté
  3. Lutter contre toutes les formes de violence à l’égard des enfants
  4. Soutenir les familles
  5. Prendre en compte le sort des enfants travailleurs
  6. Garantir une éducation de qualité pour tous les enfants
  7. Garantir le droit à la santé
  8. Donner leur place aux enfants en situation de handicap
  9. Humaniser la justice pour les enfants
  10. Mettre les nouvelles technologies au service de l’enfant

Respecter le droit à la vie

L'enfant à naître est déjà porteur de droits fondamentaux : il a le droit à la vie en tant que lui-même. Il n'est ni le simple prolongement de la vie et du désir de ses parents ni leur propriété. Il a aussi un droit aux soins de santé.

Il a besoin que ses parents soient prêts à le recevoir convenablement ; aussi est-il nécessaire de préparer les jeunes à toutes les dimensions d’une parentalité responsable, sans exercer de coercition sur leurs projets parentaux. L’État et la société doivent mettre en place des structures pour que l’enfant voie le jour dans de bonnes conditions. Ils doivent aussi promouvoir une culture du respect de sa vie comme de celle de ses parents. Ce droit fondamental à la vie passe notamment par des mesures concrètes de lutte contre la pauvreté et par un effort mondial pour éliminer les maladies les plus dangereuses.

Retourner à la liste des défis

Lutter contre la pauvreté

Les enfants ont été les premiers à pâtir des crises économiques et financières depuis 30 ans.

Il y a urgence à maîtriser la mondialisation pour que le recul de la pauvreté absolue qu’elle a permis depuis 20 ans ne s’accompagne pas d’une augmentation des inégalités à l’intérieur des pays et entre les pays. Elle doit permettre au contraire une meilleure répartition des fruits de la croissance pour que soient enrayés l’augmentation du nombre des travailleurs pauvres ou les phénomènes de croissance sans création d’emplois.

Les politiques publiques jouent un rôle essentiel dans la lutte contre les inégalités lorsqu’elles sont orientées vers les plus pauvres comme l’ont par exemple montré les résultats du programme Faim zéro au Brésil. La réduction de la pauvreté et de l’extrême pauvreté est l'une des conditions nécessaires à l'amélioration durable de la santé. Elle permet aussi de diminuer la violence et rend possible l’exercice d’une parentalité responsable, afin d’engager un cycle positif de développement.

Retourner à la liste des défis

Lutter contre toutes les formes de violence à l’égard des enfants

Les châtiments corporels sont une pratique violant le droit des enfants au respect de leur intégrité physique et de leur dignité. Informer sur les conséquences néfastes de la maltraitance ne suffit pas. Il faut généraliser de nouvelles méthodes d’éducation basées sur le respect des enfants en tant que sujets de droits.

Aucune forme de violence, de maltraitance ou de négligence contre les enfants et les adolescents n’est justifiable, ni ne peut être acceptée comme forme traditionnelle d’éducation. Tel est le postulat qui guide les actions menées ou soutenues par le BICE dans le monde pour instaurer un nouveau modèle de rapports adultes / enfants basé sur la bientraitance.

La participation des enfants est l’un des principaux piliers de l’approche préventive de notre association.

Retourner à la liste des défis

Soutenir les familles

La fragilisation de la famille appelle des politiques de soutien et notamment une attention particulière aux familles monoparentales (dont le chef de famille est le plus fréquemment une femme) qui vivent souvent dans une situation de précarité économique et d’isolement social.

Dans les pays les plus pauvres, il est important que les familles puissent subvenir elles-mêmes, même modestement, à leurs besoins matériels. Cela renforce leur autonomie et leur capacité à exercer pleinement leurs responsabilités éducatives.

Les réseaux des professionnels du champ familial (travailleurs sociaux, psychologues, éducateurs) doivent être développés et renforcés au niveau local et communautaire. Dans un même temps, il convient d’approfondir la réflexion sur le besoin de stabilité, surtout des enfants les plus petits, les rôles complémentaires d’un père et d’une mère, les difficultés liées à une famille en conflit, etc.

Retourner à la liste des défis

Prendre en compte le sort des enfants travailleurs

Le BICE condamne fermement les délits que constituent les pires formes de travail des enfants. Ces activités doivent être éradiquées et leurs instigateurs poursuivis.

Nous sommes aussi conscients que dans les pays en développement, le travail des enfants représente une réalité sociale et économique importante, et que son interdiction pure et simple peut se retourner contre les enfants les plus pauvres. Compte tenu de l’extrême diversité des situations, il convient de consulter les enfants travailleurs eux-mêmes, notamment à travers les organisations d’enfants travailleurs, tout en restant attentifs à ce qu’ils ne soient pas manipulés.

Notre association recommande donc aux Etats de veiller aux conditions d’emploi des enfants, de promouvoir leur formation professionnelle comme celle de leurs parents, et de rendre l’environnement national plus propice à la lutte contre l’exploitation des enfants par le travail.

Retourner à la liste des défis

Garantir une éducation de qualité pour tous les enfants

Le déracinement culturel de beaucoup d’enfants constitue dans tous les pays un facteur majeur d’exclusion de l’école et, à terme, de marginalisation et d’appauvrissement.

Le BICE préconise de recourir à des éducateurs-médiateurs. Originaire de la même culture que l’enfant, l’éducateur médiateur peut l’aider à maintenir, compléter et valoriser sa culture d’origine, tout en l’enrichissant de nouvelles références. Surtout, il sert de modèle à l’enfant.

Nous considérons qu’il est urgent d’entamer une réflexion approfondie sur le système éducatif, pour mieux comprendre les exigences du monde actuel et trouver de nouvelles réponses.

Le congrès international 2011 du BICE, du 23 au 25 mai, a été consacré à l’éducation des enfants en rupture sociale et familiale.

Retourner à la liste des défis

Garantir le droit à la santé

Le BICE défend l'égalité d'accès à la santé pour tous les enfants.

Les politiques de vaccination, notamment en Afrique subsaharienne, doivent être renforcées. Par ailleurs, pour nous, la préparation à une parentalité responsable et l’assistance à la grossesse peuvent contribuer fortement à protéger l’enfant dans la période de vulnérabilité qui entoure le début de sa vie.

Face à la tragédie du sida qui touche un grand nombre d’enfants, il s’agit d’informer sur les précautions à prendre pour éviter la propagation du virus, sur les traitements possibles, et de promouvoir une sexualité responsable.

Les conduites à risque des adolescents (consommation de drogue, d’alcool, errance, fuite dans le virtuel…), comme les problèmes d’équilibre psychologique qu’ils rencontrent traduisent un mal-être et souvent un grand isolement. Face à ce véritable problème de santé publique, le BICE préconise le développement de dispositifs variés  d’accompagnement (notamment de structures intermédiaires entre les foyers d’accueil et l’hôpital psychiatrique) et l’augmentation du nombre de professionnels pour les accompagner et leur venir en aide.

Retourner à la liste des défis

Donner leur place aux enfants en situation de handicap

Historiquement, notre association a toujours beaucoup œuvré pour que soit reconnue l’égale dignité de tous les enfants et notamment celle des enfants souffrant d’un handicap.

Aujourd’hui, le BICE poursuit son plaidoyer. Le nombre et la gravité des handicaps pourraient être fortement réduits par des politiques de soins de santé ou d’intervention rapide en cas de guerre.

Dans les pays de la CEI, le handicap est encore trop souvent synonyme de placement en institution. Il est urgent d’améliorer les soins dans ces institutions, de développer des programmes de soutien et/ou de formation pour les enfants handicapés, leurs parents et les professionnels. Les organisations qui agissent pour les droits de ces enfants doivent également être soutenues.

Retourner à la liste des défis

Humaniser la justice pour les enfants

Le BICE rappelle avec force que la justice pour mineurs doit viser prioritairement leur éducation et leur réinsertion. Tout enfant en conflit avec la loi « a droit à un traitement qui soit de nature à favoriser son sens de la dignité et de la valeur personnelle, qui renforce son respect pour les droits de l'homme et les libertés fondamentales d'autrui, et qui tienne compte de son âge ainsi que de la nécessité de faciliter sa réintégration dans la société et de lui faire assumer un rôle constructif au sein de celle-ci.1 »

Dans plusieurs pays on a mis en évidence l’inefficacité des réponses institutionnelles aux infractions pénales par le système judiciaire, en raison de leur caractère punitif, souvent irrespectueux des droits humains des enfants les plus fondamentaux, en particulier quand il s’agit d’adolescents.

L’expérience prouve que les formules alternatives à l’emprisonnement aboutissent à des taux de récidive extrêmement faibles. Il convient aujourd’hui de faire connaître et reconnaître ces bonnes pratiques pour qu’elles soient appliquées le plus largement possible.

1. Article 40 de la Convention relative aux droits de l’enfant.

Retourner à la liste des défis

Mettre les nouvelles technologies au service de l’enfant

Le bon usage des nouvelles technologies nécessite une responsabilisation des parents et des éducateurs sur :

  • l’information et la sensibilisation de grande ampleur sur les potentialités et les risques,
  • le dialogue avec les enfants pour les accompagner, poser des limites en termes de temps d’utilisation, refuser des activités dégradantes ou antisociales, ainsi que pour leur permettre d’acquérir un esprit critique.

Il requiert également que soient poursuivies les initiatives pour la protection des enfants dans l’esprit des normes élaborées par le Conseil de l’Europe1.

1. Déclaration du Conseil de l’Europe sur la protection de la dignité, de la sécurité et de la vie privée des enfants sur Internet, février 2008.

Retourner à la liste des défis

Retour en haut de page